Rechercher dans le site espaces.ca
  • Le Canyon des Portes de l'Enfer © Mathieu Dupuis

6 endroits de rêve méconnus à découvrir cet été au Québec

On ne cesse de vous le répéter, le Québec a de quoi émerveiller avec des destinations qui sortent de l’ordinaire, pour qui prend la peine de chercher. Cela tombe bien, c'est exactement ce que l'on a fait. La preuve avec ces six endroits moins connus mais somptueux.

1. Le parc régional des Grandes-Rivières du lac Saint-Jean, Saguenay–Lac-Saint-Jean

Ce site du premier monastère des moines trappistes – on en voit encore les vestiges – s’étale sur près de 100 kilomètres carrés, répartis en plusieurs secteurs. Le parc régional est bordé par les rivières patrimoniales Mistassibi et Mistassini, ce qui agrémente ses sentiers de randonnée. À voir sans faute : la chute des Pères et ses 15 mètres de hauteur.

Côté vélo, le secteur Albanel propose un sentier forestier sur poussière de pierre parfait pour le vélo de gravelle. Plusieurs emplacements de camping sauvage sont disponibles sur réservation.

Enfin, c’est surtout un formidable lieu pour les activités nautiques. Avec son débit impressionnant, ses paysages époustouflants et de nombreux défis, la rivière Mistassibi est l’une des plus propices à une descente en canot ou en kayak d’eau vive.

Infos : grandesrivieres.com


À lire aussi : 5 parcs régionaux les pieds dans l'eau


2. Le parc régional du lac 31 milles, Outaouais


© Frédérique Sauvée

Un parc régional à découvrir pour les aventuriers dans l’âme, les amateurs de canot-camping ou pour ceux qui aiment les territoires sauvages, insulaires et déserts. Car hormis quelques chalets privés, ce territoire lacustre demeure intouché, et ses îles forment un véritable labyrinthe où on pagaie avant de planter sa tente en toute quiétude.

Au très populaire parc régional du Poisson-Blanc, dont il est le voisin séparé par la chaîne des Laurentides, le cadre naturel n’a rien à envier : ni la pureté de l’eau, ni les érablières, ni l’attrait des emplacements de camping.

Infos : sage31-milles.ca


À lire aussi - Vallée de la Gatineau : objectif plein air


3. Le parc côtier Kiskotuk, Bas-Saint-Laurent


© Dios photographie

Ce parc fragmenté longe le littoral de trois municipalités (Cacouna, L’Isle-Verte et Notre-Dame-des-Sept-Douleurs) et compte 10 sentiers pour la randonnée pédestre totalisant 39 km, dont certains mènent à des points de vue époustouflants sur le fleuve et l’île Verte.

Une piste cyclable de 8 km (poussière de pierre) et 5 km de sentiers de vélo de montagne complètent le réseau du parc. Niveau hébergement, le parc offre deux chalets rustiques prêt-à-camper, deux chalets perchés avec terrasse d'observation sur le toit aussi en prêt-à-camper, ainsi que 13 sites pour le camping.

Infos : parckiskotuk.com


À lire aussi - Bas-Saint-Laurent : De nouveaux chalets perchés à Kiskotuk


4. Le Canyon des Portes de l'Enfer, Bas-Saint-Laurent


© Mathieu Dupuis

Ce joyau naturel bordé de falaises de 90 mètres de hauteur comprend un réseau de sentiers allant de 1 à 14 km pour la randonnée pédestre.

À faire absolument : marcher sur la plus haute passerelle suspendue du Québec, haute de 63 mètres et longue de 99 mètres, et s’engager dans la Descente aux Enfers, 300 marches pour atteindre la rivière Rimouski.

Infos : terfa.ca


5. L’archipel des Sept Îles, Côte-Nord

Situé en face de la ville de Sept-Îles, dans une baie protégée, cet environnement insulaire est idéal pour pagayer en kayak de mer tout en observant les baleines entre les îles, ou encore les oiseaux, notamment aux abords du sanctuaire d’oiseaux de l’île du Corossol.

Sur l’île Grande Basque, on peut faire un arrêt sur l’une des plages avant de passer une nuit en camping sauvage. Le bonheur, tout simplement! On peut également y faire de la randonnée pédestre en parcourant 12 km de sentiers aménagés.

Infos : tourismeseptiles.ca


6. Le Mont Chaudron, Abitibi-Témiscamingue

À 42 km de Rouyn-Noranda, au bout de la route 117, à la frontière ouest du Québec, cette surprenante curiosité géologique forme aussi le plus haut sommet de la région.

Il se grimpe au prix d’un bel effort sur le sentier Escarpé (3,9 km) – qui porte très bien son nom : murailles naturelles à pic, champ de blocs erratiques, éboulis, passages étroits avec cordes… – mais quel panorama! Attention : le sentier n’est ni balisé ni entretenu.

Infos : accespleinair.org


À lire aussi : 5 endroits de rêve à explorer cet été au Québec

Commentaires (0)
Participer à la discussion!